Voyages sur mesure au
Pérou
newsletter

Accueil > chiclayo > chiclayo-tourisme

Retour

Chiclayo, destination archéologique

Entourée de vallées fertiles et proches de la mer, Chiclayo, capitale du département Lambayeque, représente le carrefour de l’activité commerciale entre la côte, la Sierra et la Selva du Nord.
Ce n’est qu’en 1987, a la découverte des célèbres tombes royales de Sipán, que l’on a pris conscience de l’importance de ces huacas, laisses a l’abandon a l’extérieur, mais magnifiques a l’intérieur. Comme celles de Sican, de Tucume et de Chotuna. Outre le site archéologique de Sipán, il est possible de visiter le Musée moderne des « Tumbas Reales de Sipán », qui possède des objets en or trouvés lors des fouilles les plus extraordinaires. Egalement a visiter le Musée Brunning, situé dans la province de Lambayeque, et le Musée de Sicán, dans la province de Ferreñafe. Túcume est un autre site archéologique d’une rare beauté ; ses plus de vingt pyramides d’adobe, d’environ 40 mètres de hauteur, appartinrent à la culture Lambayeque.

Une faune riche et une végétation centenaire entourent le site. Lambayeque possède en outre une des meilleures cuisines du pays ; l’excellent riz au canard fait concurrence au cebiche dans cette éternelle controverse, où les convives ont toujours le dernier mot. Pimentel, joli port et station balnéaire, et le village traditionnel de Saña, avec ses maisons et ses temples coloniaux en ruines, complètent les attraits de ce département fascinant.

Intérêts Touristiques

Cathédrale de la ville de Chiclayo.
De style néoclassique, elle date de 1869. Elle présente une façade de deux corps soutenue par des colonnes doriques situées devant les trois arcs de l’entrée. Dans cette église, formée de trois nefs, se trouve la sculpture en bois du Cristo Pobre.

Palacio Municipal de Chiclayo.
Édifice républicain avec de grandes fenêtres et de grandes portes de fer forgé. Il date de 1919 et son coût est estimé à un peu plus de 30 mille livres d’or.

Marché aux herbes médicinales.
Arrêtez vous devant les étals des herboristes et des sorciers guérisseurs « brujos », chargés de plantes séchées, d’os, d’organes d’animaux et autres pouvoirs curatifs. Ils sont utilisés par les shamans lors des cérémonies de guérison.

Le Complexe Archéologique de Huaca Rajada (Seigneur de Sipán).
Il se situe aux limites de l’ex-hacienda Pomalca. On y découvrit, en 1987, une tombe avec des restes intacts d’un seigneur mochica, le Seigneur de Sipán. La découverte permet d’apprécier le rituel de l’enterrement d’un gouvernant mochica, qui était accompagné par un guerrier, deux femmes, un enfant, un chien, un lama, et un garde aux pieds amputés. Le trousseau funéraire comptait aussi de nombreux bijoux en or et en argent, décorés de turquoise et de lapis-lazuli. La construction ou huaca est formée d’une plate-forme funéraire et de deux pyramides tronquées d’adobe, appartenant aussi à la culture Mochica (du Ier au VIe siècle ap.J.C).

Le Musée National Tumbas Reales de Sipán.
D’une architecture moderne, ce musée, fait à juste titre, la fierté du nord du pays. Il abrite la collection d’objets archéologiques d’or, d’argent, et de cuivre, provenant de la tombe du Seigneur de Sipán. Le musée est dirigé par l’archéologue Walter Alva, gérant et directeur du projet, et qui fut aussi celui qui découvrit la sépulture dans la zone archéologique de Huaca Rajada, dans la localité de Sipán. De grandes photos montrent le Sipán d’aujourd’hui et des maquettes reconstituent celui d’Antan. On peut également y admirer des disques ou rondelles (qui se portaient aux oreilles), des sceptres cérémoniels, des médaillons, un lourd lingot circulaire d’or massif, des anneaux (qui se portaient au nez), des colliers d’or en forme de cacahouètes et, des coiffes, des œillères, des heaumes et des mentonnières en or. Le raffinement et la complexité de ses bijoux les placent parmi les plus belles et les plus importantes trouvailles précolombiennes.

Le Musée Archéologique National Bruning.
Il expose la collection d’objets archéologiques réunis par l’ethnographe allemand Enrique Bruning. Ses quatre étages abritent des objets de poterie, des textiles, des sculptures de pierre, bois, etc. Tous ces objets témoignent des hautes qualités artistique et technologique des cultures régionales de ses 5000 dernières années. La "Salle d’Or" de ce musée est une preuve de l’inestimable valeur historique de l’Amérique précolombienne.

Le Complexe Archéologique de Túcume.
Il date de 700 ap.J.C. et, selon la légende, il fut fondé par Calac, descendant de Naymlap. Túcume ou la Vallée des Pyramides, comme on l’appelle aussi, se compose de 26 pyramides dont la Huaca del Pueblo, La Raya, El Sol et Las Estacas. On y propose des programmes qui comprennent, hormis la richesse du matériel archéologique, des dégustations gastronomiques, des expériences de curanderismo ou médecine traditionnelle, et d’échange culturel. Il convient de préciser que la communauté locale de Túcume est très impliquée dans la conservation de son patrimoine naturel et culturel.

Le Musée National de Sican (Ferreñafe).
Y sont exposées les pièces trouvées au cours des fouilles archéologiques de Batan grande, ainsi que des répliques d’objets, offrant une vision de différents aspects lies a la culture de Sican (ou maison de la lune). On peut aussi y observer des tombes et des momies de hauts personnages de cette civilisation préhispanique.

Reserve communale de Chaparri.
Il sagit de la première zone de conservation privée au Pérou. Son but principal est la conservation des forets sèches de la région et de la riche biodiversité qu’elles abritent. Ce merveilleux habitat est peuple, entre autres, de cerfs, d’ours à lunettes, de lamas et de chats tigres.


Agrandir le plan